Les façades d'immeubles à Paris

Le Style Louis Philippe (1830-1850)

Cette période de 20 ans ne va pas changer brusquement le style Restauration. La transition va se faire doucement, à tel point qu’il est parfois très difficile de différencier les deux styles. En revanche, les décorations vont être de plus en plus présentes sur certains immeubles, surtout dans les années 1840. Certaines décorations vont rester fines et discrètes et d’autres vont être très présentes et travaillées, à tel point que certaines façades sont envahies d’ornementations dont l’inspiration est très diverse.

Cette surcharge d’ornements sur la façade va avoir une conséquence sur les persiennes. Le problème des persiennes est qu'elles dissimulent les ornements lorsqu’elles sont ouvertes. C’est donc à cette période que l’on invente les persiennes pliables. Elles sont alors escamotables dans les renfoncements prévus dans l’épaisseur du mur. Les persiennes vont être métalliques, minces et plus résistantes. Ce nouveau système de fermeture va permettre également de réduire la profondeur des balcons, ce qui va changer profondément l’aspect général des bâtiments.

De Rambuteau à Haussmann

Cette période est marquée par les décisions d’urbanisme prises par le préfet Rambuteau. En 1833, Paris est une ville de 800 000 habitants et ne cesse de s’agrandir, à tel point qu’il devient difficile de la traverser à pied. Les habitants utilisent de plus en plus des carrosses. Il y a plus de 50 000 chevaux qui galopent dans les rues ce qui n’est pas sans conséquences. La première est la saleté qui se développe dans les rues, provoquant l’apparition d’épidémie comme le choléra. Paris va alors se doter d’une politique d’assainissement permettant ainsi la construction des égouts, de fontaines ou de vespasiennes. La seconde conséquence est la nécessité d’agrandir les rues qui deviennent difficilement praticables avec le monde. Le préfet Rambuteau mettra en oeuvre trois solutions pour agrandir les rues :

  • Laisser le temps agir  et décréter que les nouvelles constructions devront se situer en retrait par rapport aux anciennes. Cette solution n’a pas été efficace car dans certaines rues, pour ne pas perdre de surface, certains propriétaires ont décidé de ne pas détruire l’immeuble au profit d’une restauration. Aujourd’hui, si vous vous promenez dans la rue Quincampoix, vous verrez une série d’immeubles en dent de scie laissant de nombreux espaces vides.

  • La deuxième solution a été de raboter de manière autoritaire les immeubles de certaines rues comme la rue Rambuteau. Cette méthode explique dans certain cas pourquoi la disposition des appartements peut être particulièrement étonnante et peu pratique.

  • La troisième solution, celle qui va transformer radicalement notre paysage urbain, c’est l’expropriation pour créer des îlots entiers comme aujourd’hui le boulevard de Strasbourg.

La construction des nouveaux immeubles va être l’origine de la naissance du prochain Style architectural qui est aujourd’hui certainement le plus connu. Le Style Haussmannien. Avant Haussmann, les constructions sous le préfet Rambuteau vont passer de quatre à cinq étages. On voit également revenir à cette époque les balcons filant qui soulignent toute la largeur de la façade. Il est présent au premier étage (l’étage des nobles), il apparaît au troisième étage mais doit être plus petit et moins étiré pour respecter les signes extérieurs de hiérarchie sociale. Ces caractéristiques vont ouvrir la voie au Style Haussmannien.

LOGOS STORYS RVB-15.png

STORY'S INTERNATIONAL

21 boulevard Poissonnière

75002 Paris

contact@storys-international.com

01 44 93 55 56

STORY'S SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

  • Facebook
  • Instagram
  • LinkedIn - White Circle
  • Pinterest - White Circle
  • Tumblr - White Circle